Aneko-chan-fairy
Profile

Aneko-chan-fairy

    Ahhh c'est la sortie de l'album de Lindsey Stirling, Warmer In The Winter *o* Mais je peux pas l'acheter en ligne ToT (20/10/2017 at 9:37 PM)

  • 1255 visits
  • 19 articles
  • 208 hearts
  • 621 comments

Présentation 26/10/2016

 
Présentation

 
Ohayo petit neko, tu ne sais pas où tu es ? Rassure toi, tu es tombé sur un blog géré par une folle :3
  
J'ai crée ce blog pour partager avec vous ma passion pour les mangas, les séries et surtout pour mes histoires.

Vous trouverez donc sur ce blog des images, parfois peut être des présentations de romans, des one shots et des fictions originales. N'hésitez pas à venir les lire et donnez votre avis.
  
~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Je pense, petit neko, que tu as envie de savoir qui je suis.
Et bien, tu vas le savoir dès maintenant :3

Voici ma présentation :

Sache que tu peux m'appeler Aneko-chan.

Du haut de mes 20 années, je suis une jeune fille comme les autres, timide et réservée, mais très gentille. Je suis un peu folle et sadique sur les bords (bon, ça dépend sur quoi et avec qui :p), sérieuse mais aussi...marrante ? On va dire que j'ai gardé malgré tout un côté enfantin concernant certains sujets. Je pense que chacun de nous reste un enfant malgré le temps qui passe.

Tu te demandes peut être aussi pourquoi j'ai décidé de créer ce blog ?

La réponse est toute simple : J'adore lire et écrire, je veux pouvoir m'exprimer librement et j'ai surtout envie de partager avec vous ma passion.

Passons à ce que j'aime :

Comme vous le savez déjà, j'adore lire. Je lis principalement des romans fantastiques/surnaturels romancés, ainsi que des mangas.
La musique fait aussi mon bonheur. En général, j'en écoute chaque jour parce qu'elle me relaxe. J'écoute de nombreux genres de musiques, dans de nombreuses langues et je suis devenue une grande fan de la K-Pop *o*.
J'aime bien également les jeux vidéos, et ce, même si je ne suis pas une grande connaisseuse dans ce domaine.
Pour ce qui est du cinéma, je suis fan des films d'animation, des dessins animés tels que les Disney, des films fantastiques, romantiques, horreur/épouvante et plein d'autres. Je n'aime pas vraiment les drames et les policiers. Pour ce qui est de la science-fiction, ça dépend des films.

Et maintenant, voici ce que je déteste :

- Les dragueurs et pervers. Les personnes faisant parti de cette catégories peuvent directement cliquer sur la petite croix rouge en haut, à droite.
- Les hypocrites et faux-culs.
- Les insectes, et surtout les araignées (beurk).
- Pleurer quand un de mes personnage préféré meurt x).

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Voici les règles de ce blog :

Ce que j'accepte :

- Les commentaires => Silvouplait, si vous commentez, faites un commentaire au moins constructif. Dîtes vous que en tant qu'auteur, j'ai passé énormément de temps sur mes écrits, et ça me ferait plaisir de voir mes lecteurs et leurs commentaires. Cela me ferait très plaisir, surtout si vous apportez des remarques, des avis et des conseils. Les commentaires permettent d'encourager et de motiver l'auteur à continuer d'écrire.

- Les Kiff => Bien sûr, les kiff ont moins d'importance, à mes yeux, que les commentaires parce que l'auteur ne peut pas savoir si vous avez vraiment lu et aimé mais ça fait toujours plaisir quand même. 

- Les fans / les fans Otaku, ceux qui partagent mes goûts.

- Les avis et les idées sont les bienvenus.

- Les MP si vous voulez faire connaissance.

Ce que je n'accepte pas :

- Les dragueurs mais surtout les pervers  => Il existe des sites pour cela !

- Les insultes.

- Le plagiat => Respectez le travail de chacun !

- Les rageurs.

- Les pubs => A la limite, faites m'en part en message privé.


~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Présentation
Eruuza => Mon habilleuse fétiche préférée ! Gentille, mignonne, elle est toujours prête à rendre service ! Les habillages, montages et tout que tu me fais sont magnifiques *o* Je t'adore ♥

Nxtsu => Ma Sadique-chan que j'adore *w* Toujours là pour délirer et faire des crimes |^)

Ushio-Furukawa => Ma folle que j'aiiiiiime avec qui je ne cesse de pleurer de rire depuis que je la connais !! On délire vraiment pour des conneries xD

Meldy-dragneell => Ma Merudi-chan avec que j'ai tout de suite aimé !!! ♥
 

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~
Présentation
Tu veux me soutenir ? Alors tu peux mettre cette bannière sur ton blog !
Présentation
                                                                                                                                    

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Présentation


Vous pouvez me retrouver aussi sur :
https://www.wattpad.com/user/vicky_59

Retrouvez aussi ma petite s½ur sur son blog : http://yuki-mizu-chan.skyrock.mobi/

C'est sur cette présentation que je vous laisse le plaisir de découvrir mon blog.
Aneko-chan vous souhaite une bonne visite :3

31/05/2017 ==> 2000 visites sur mon profil et 717 sur mon blog !! Merci à tous !!


Toutes les bannières de mon blog proviennent de Eruuza, merci à elle ! ♥

Tags : Présentation - Règles du Blog

Sommaire du blog 01/06/2017

  
Sommaire du blog
Vous trouverez ici les fiches des one shot et fictions.
Je vous souhaite une bonne visite :)

Sommaire du blog


One shot 1 :

Titre : L'Hôtel Hanté.
Manga/film/série/livre : Aucun.
Détail : Inventé de toutes pièces par mes soins avec mes propres personnages et mon propre univers.
Genre : Surnaturel, amitié.
Rating : T.
Couple(s) : Aucun.
Statut : Terminé et en ligne.
Résumé : Cinq amies pensent qu'elle passeront des vacances de rêve dans un hôtel de luxe pour leur vacances. Cependant, elles se rendront vite compte que leur rêve va se transformer en cauchemar. Elles vont devoir déjouer le plan machiavélique d'une force démoniaque, prête à tout pour avoir leurs âmes.

One shot 2 :

Titre : The Call Of Death.
Série : Scream.
Genre : Epouvante/horreur, amitié, romance.
Rating : M.
Couple : Emma/Noah.
Statut : Terminé et en ligne.
Résumé : L'histoire se passe suite aux dernières minutes de l'épisode 11 de la saison 2 de Scream.
Deux des héroïnes, Emma et Audrey découvrent le cadavre du maire et se font arrêter par la police, qui les croit coupables. Le véritable tueur arrive cependant à prendre en otage les deux jeunes filles et les conduit vers un endroit susceptible de signer leur arrêt de mort.  Mais c'est sans compter les amis de celles-ci qui vont tout mettre en ½uvre pour les sauver. Et peut être que cette mésaventure permettra à deux jeunes gens de se rapprocher et de découvrir de nouveaux sentiments...


Sommaire du blog
Fiction 1 :

Titre : Le Jour Où Tout A Basculé.
Manga/Film/Série/Livre : Aucun.
Détail : Histoire totalement inventée et tirée de mon imagination. L'univers et les personnages m'appartiennent. Et pour le moment, il s'agit d'une histoire en deux parties.
Genre : Horreur, suspense, amitié, famille et romance.
Rating : T.
Couple : A découvrir.
Statut : Partie 1 en réécriture et Partie 2 en cours.
Résumé :
Partie 1 : Ce qui devait être un jour fabuleux tourna vite au cauchemar.Ce qui devait arriver arriva.
Tel est le destin cruel de cette famille.
Sarah attendait avec impatience l'anniversaire de son grand frère, Alex, en ce beau mois d'aout. Elle avait tout préparé et tout fait pour que ce jour reste gravé dans la mémoire de chacun.
Et son v½u sera exaucé. Ce jour marquera à jamais les esprits de cette belle famille, mais pas de la meilleure des façons. Parce qu'un coup de fil n'est jamais synonyme de bonheur. Non...Celui là...tournera au bain de sang...
Partie 2 : Un an après l'anniversaire d'Alex et les sombres évènements, la famille a repris une vie tranquille et sans danger. Mais depuis quelques temps, Julia rêve d'un homme qu'elle n'a jamais vu et qui semble lui vouloir du mal. Et le hasard faisant bien les choses, elle fait la rencontre d'un homme déterminé à la tuer. Heureusement pour elle, Julia peut compter sur sa famille, et plus précisément sur Alex, qui est devenu particulièrement surprotecteur avec elle. Tout ceci va entrainer de nouveaux sentiments pour le moins interdits entre les deux jeunes gens. Si ces nouveaux sentiments vont perturber Julia et Alex, ils vont aussi les amener à affronter leur pire cauchemar ensemble...
Lien :

Fiction 2 :

Titre : Quand Boulot Et Cupidon S'En Mêlent.
Manga/Film/Série/livre : Aucun.
Détail : Fiction inventée. L'univers et les personnages m'appartiennent.
Genre : Romance, jalousie, drame.
Rating : T ou M (pour cause de probables lemons)
Couple : A découvrir.
Statut : En cours.
Résumé : Aurora, fraichement diplômée, cherche désespérément un travail, sans trouver chaussure à son pied. Son père, PDG d'une grande entreprise connue, arrive à convaincre l'un de ses partenaires d'embaucher sa fille. Aurora devient donc la secrétaire personnelle de Gabriella, la seconde fille d'une famille aussi riche que puissante. Ce travail mènera Aurora à LA rencontre qui changera son destin. Mais si cette rencontre se révèle merveilleuse pour les deux jeunes gens, ils devront rester sur leurs gardes. Dans l'ombre se dissimuleront apparences trompeuses, ennemis et machinations...Pour faire comprendre à Aurora qu'elle n'est pas la bienvenue dans ce monde aussi fabuleux qu'impitoyable...
Lien :

Fiction 3 :

Titre : Laisse Ton C½ur Avoir Le Dernier Mot.
Manga/Film/Série/Roman : Aucun.
Détail : L'univers, l'histoire et les personnages m'appartiennent.
Genre : Romance, drame.
Rating : T.
Couple : A découvrir.
Statut : En cours.
Résumé : Kyle, jeune homme de 25 ans, coureur de jupon et futur PDG de la gigantesque entreprise de vêtements « Style's look » appartenant à son père, s'est forgé une règle à respecter coûte que coûte : Ne jamais tomber amoureux !S'amuser, oui...Tomber amoureux, jamais de la vie !
Mais lorsqu'une nouvelle secrétaire à la beauté fulgurante arrive, il n'est plus sûr de rien. Dès le premier regard, elle va chambouler son c½ur. Et ça, il ne le permettait pas !
Pour ne pas céder à cette tentation, il va tout faire pour lui faire vivre l'enfer et la détester.
Mais l'amour est imprévisible.
L'amour va bien au delà d'une simple règle.
Et lorsque l'on tombe amoureux, il est impossible d'échapper à ce sentiment qui vous étreint le c½ur.
Lien : Chapitre 1


Tags : Sommaire . - one shot - Fictions

Les prévenus ! 08/06/2017


 
Bienvenue dans l'article des prévenus !
 
Si tu as un blog et que tu aimes mes écrits, tu peux laisser un commentaire pour être prévenu afin de lire les nouveaux écrits qui sortiront. Les prévenus sont illimités pour le moment alors n'hésitez pas si ça vous plait !

Fiction 1 :


Fiction 2 :

Fiction 3 :


 

Tags : prévenus

Remixe si tes d'accord avec ce panda UwU 05/11/2016

Tags : Panda ♥

Nutella, c'est bon pour la santé 26/10/2016

Pour les petits gourmands de Nutella, voici un petit cadeau ;)

Tags : image - Nutella♥

L'Hôtel Hanté 27/10/2016

L'Hôtel Hanté


 

Le réveil sonna...Signal que la nuit était officiellement terminée et que le jour commençait enfin.
J'étais déjà réveillée avant que le réveil ne sonne, par les quelques rayons de soleil perçant à travers les rideaux de la fenêtre et je souriais bêtement, en pensant à tout ce qui va se passer.
Je revins sur terre, à cause de l'alarme du réveil qui retentissait toujours, me rappelant que je devais me lever, ce que je fis sans tarder tout en jetant un coup d'½il à l'heure. Le réveil affichait six heures. J'avais le temps de me préparer.
Je sortis donc de mon lit, transportée d'une bonne humeur sans doute contagieuse.
 
Au fait, je me présente : Je m'appelle Léana, et du haut de mes vingt ans, je suis mince et grande, avec de longs cheveux blonds et des yeux verts sapin. Je suis dynamique, sérieuse et de nature joyeuse, passionnée par la mode, les romans et plein d'autres choses.
 
Je me précipitai dans la salle de bain, annexée à ma chambre, tout en chantonnant pour prendre une douche bien chaude. Une vingtaine de minutes plus tard, j'en ressorti, vêtue d'une serviette blanche enroulée autour de mon corps et s'arrêtant à mi-cuisse.
J'ouvris mon grand placard et choisis avec soin ma tenue du jour. Mon choix se porta sur une robe en coupe droite s'arrêtant à mes genoux, noire avec de longues manches en dentelle, le tout couronné par de la dentelle en forme de c½ur au dessus de la poitrine et dans le haut du dos. Une fois ma robe mise, mes yeux se tournèrent vers les nombreuses paires de chaussures. Hum...Il me fallait faire le bon choix. Et après une courte réflexion, mon choix se porta sur une paire d'escarpins noirs vernis avec des talons mesurant au moins 8 centimètres. Quand je fus habillée, je rentrai à nouveau dans la salle de bain et me maquilla. Je mis un fard à paupière gris souligné par une couche légère de noire au dessus, un trait d'eyeliner et du mascara. Puis, je teintais mes lèvres d'un rouge à lèvres couleur framboise.
Une fois le maquillage terminé, je décidai de boucler mes longs cheveux blonds qui m'arrivaient aux hanches, ce qui me prit un certain temps.
 
Au bout de vingt minutes, je m'observai dans le grand miroir et fus satisfaite de mon apparence.
 
Je me dirigeais vers mon lit et y posa mes valises pour finir d'emballer les dernières affaires.
 
Et voilà ! Opération bagages terminée !
 
Maintenant, direction le petit déjeuné, qui m'attendait déjà sur la table de la cuisine. Je me dépêchais donc de finir de manger, impatiente de partir.
J'étais en train de tout ranger lorsqu'un klaxon retentit. Ah, ce klaxon est reconnaissable. Ça signifie que les filles sont là !
 
Si je suis si pressée ce matin et si la voiture de Sarah vient de se garer devant chez moi, c'est parce que moi et mes amies, Emily, Cassie, Sarah et Jade allons passer nos vacances de la Toussaint dans l'hôtel luxueux « Mystique » situé au bord de la mer et grâce à la meilleure amie de ma mère qui est la directrice de l'hôtel, nous n'avons rien à payer.
 
Je sors dehors, verrouille la porte d'entrée et saute dans la voiture rejoindre les filles. Nous nous mettons donc en route et quelques heures plus tard, la voiture s'arrêta sur le parking de l'hôtel.
 
Lorsqu'on entra dans l'hôtel, nous fûmes émerveillées par la grandeur et la beauté du lieu, qui, en plus, était décoré somptueusement pour Halloween. Mon regard ne faisait que détailler chaque recoin et il s'arrêta sur une silhouette familière. Je l'arrêtai sur elle et je vis la meilleure amie de ma mère, Ashley, qui se précipita vers nous. Après avoir réglé les derniers détails et parlé un peu, on nous donna la clé de notre suite. Une fois entrées à l'intérieur, on peut dire que nous fûmes scotchées tant elle était gigantesque !! La porte s'ouvrait sur une salle de séjour qui disposait d'une grande table et de cinq chaises, un salon avec une télé à écran plat et un grand canapé. Sur le côté gauche du séjour, il y avait la cuisine et à droite, un couloir disposant de deux grandes pièces : Une grande salle de bain avec toilette sur la droite et sur la gauche, en face de la salle de bain, une grande chambre avec cinq lits, un grand miroir, des commodes et armoires...Le rêve absolu !
 
Il nous fallu quelques minutes pour nous sortir de notre léthargie et nous nous installâmes tranquillement, dans la joie et la bonne humeur. Une fois nos affaires installées, nous décidâmes de sortir visiter l'hôtel.
 
Cela faisait quelques minutes qu'on parcourait les couloirs, tout en regardant les tableaux magnifiques qui étaient accrochés aux murs, quand Emily se retourna vers nous.
 
-    Et si on allait boire un truc ? proposa Emily.
-    Oui, très bonne idée, fut notre réponse à toutes.
 
Sur ces paroles, nous primes la direction de la grande cafétéria, qui était aussi belle que grande. Arrivées au comptoir, nous commandâmes chacune un chocolat chaud avant de nous installer confortablement dans les fauteuils en cuir rouge, autour d'une table, en attendant nos boissons.
 
Nos chocolats arrivèrent au bout de quelques minutes et nous les dégustâmes tranquillement tout en parlant. Les discussions allaient bon train jusqu'à ce que nous entendîmes un couple parler depuis la table de derrière. La femme paraissait anxieuse et effrayée, et elle parlait à son mari.
 
-    Mais puisque je te dis que j'ai vu des meubles et des objets bouger, lui expliquait-elle. La lumière s'éteignait et se rallumait toute seule et j'entendais des murmures alors qu'il n'y avait personne à part moi !
 
Le mari, par contre, ne semblait pas la croire et paraissait exaspéré.
 
-    Mais non chérie, tu as du rêver, répondit-il en soupirant. Bon aller, on s'en va. En plus, tu vas faire peur à ces jeunes filles qui nous observent.
 
Nous nous sentîmes confuses et gênées car nous étions effectivement en train de les dévisager. Leur histoire nous paraissait mystérieuse, quoi qu'elle semble également effrayante. L'homme prit sa femme par le bras et l'emmena avec lui malgré ses protestations.
 
Dix minutes après, nous sommes retournées dans notre chambre ; Nous étions installées sur nos lits et nous bavardions tout en rigolant quand tout à coup, la lumière s'éteignit ! Un cri de surprise nous échappa.
 
-    Mais qui a éteint la lumière ?!, demanda Sarah.
 
Nous nous regardâmes toutes puis la chambre.
 
-    Pas moi ! rétorquâmes en c½ur. Donc c'est personne ?! Qu'est ce qu'il se passe bon sang ?!
 
Deux minutes passèrent puis la lumière revint toute seule. Nous lâchions alors un « Ah » de soulagement, heureuses de ne plus être dans l'obscurité. C'était surement une petite panne de courant.
 
Après cet incident, nous recommençâmes nos activités, à savoir cette fois ci un jeu de mime, quand Cassie, un peu à l'arrière du groupe, poussa un hurlement strident, digne de ceux des films d'horreur. Nous nous retournâmes d'un bloc toutes en même temps vers elle et nos regards suivirent son doigt qui pointait vers le coin de la pièce, près de la fenêtre, pour découvrir avec horreur et stupéfaction le miroir, près de la fenêtre, qui comportait une phrase écrite en rouge qui coulait le long de la glace :
 
« Vous allez mourir pour ce que vous avez fait !! Vos âmes m'appartiendront et personne ne m'échappera !! »
 
On descendit du lit et je m'approchai légèrement en plissant les yeux. En y regardant de plus près, on aurait dit que ces lettres étaient formées avec du sang, comme dans les films d'horreur !
Je relus la phrase, regardai les autres et vit qu'elles commençaient sérieusement à avoir peur tout comme moi. La seule à ne pas être vraiment effrayée par la situation était Cassie qui se rapprocha du miroir.
 
-    N'ayez pas peur, nous dit Cassie d'un ton rassurant. Je suis sûre que ce n'est qu'une blague de mauvais goût surement faite par quelqu'un de l'hôtel et que la phrase est faite avec du ketchup. 
 
Sur ces mots, elle glissa son index sur l'écriture et mit un peu de cette substance rouge sur son doigt, avant de le porter à sa bouche. Elle ne bougea pas pendant quelques secondes puis se raidit. Ça ne présageait rien de bon, à mon avis. Elle se retourna vers nous et fit une grimace de dégoût. Elle revint près de nous et nous lança un regard du genre j'ai eu tort, vous avez raison. Elle nous regarda pendant quelques secondes et retira son doigt de sa bouche avant de prononcer le verdict :
 
-    Oh mon dieu...Les filles...Vous aviez raison... Ce n'est pas du ketchup...Mais bel et bien du sang !, nous lança-t-elle d'une voix tremblante et emplie de dégoût.
 
Nous nous fixâmes toutes incrédules, terrifiées, paniquées puis notre regard se jeta sur le miroir.
 
-    QUOI ?!, hurlait-on en c½ur. Mais...Mais...c'est impossible voyons !! Comment ce sang est-il arrivé là ?! A qui appartient-il ?!
 
Notre panique qui était déjà bien présente monta encore d'un cran car la lumière s'éteignit à nouveau et la porte de la chambre, qui était jusqu'à présent ouverte, se ferma violemment. Un vent glacial et violent se mit à souffler dans la pièce alors que les fenêtres étaient fermées et la pièce trembla, comme pendant un tremblement de terre. On se mit à hurler, terrorisées, les objets, posés sur les commodes et un peu partout dans la chambre, commencèrent à voler dans tous les sens. Pour nous protéger du mieux qu'on pouvait, nous nous recroquevillâmes par terre, collées au lit, les unes collées aux autres, pour ne pas être séparées.
 
-    Au secours ! A l'aide ! Que quelqu'un vienne nous aider !!, hurlait-on le plus fort possible.
 
J'ouvris les yeux quelques secondes et crut voir deux yeux rouges me fixer. Je frémis de peur et tourna la tête, persuadée d'avoir été victime d'hallucination, et vit une sorte de clochette sur la table de nuit. Paniquée, je la pris dans mes mains et la fit retentir. Au bout de cinq minutes qui nous parurent une éternité, les clients de  la chambre voisine, Ashley et deux de ses collègues arrivèrent dans la chambre et aussi mystérieux que cela puisse paraitre, tout s'arrêta et demeura figé. C'est comme si le temps s'était arrêté. La pièce redevint claire et la lumière revint.
 
Les nouveaux arrivants se figèrent alors sur le pas de la porte et découvrirent avec stupeur la chambre complètement dévastée et nous 5, recroquevillées par terre, mortes de peur. Finalement, sortant de leur léthargie, ils se précipitèrent vers nous et nous aidèrent à nous relever. Nous étions toutes tremblantes de peur et alors qu'ils nous demandaient ce qu'il s'était passé, j'avançai jusqu'à me trouver devant le miroir.
 
-    Tout a commencé avec cette inscription plein de sang, dis-je d'une voix claire et forte, ce qui contrastait avec mon état.
-    Comment ça ? Qu'est ce que tu veux dire Léana ? murmura Ashley d'une voix fébrile.
-    La lumière s'est éteinte et quand elle s'est rallumée, cette inscription, cette menace en rouge sang était écrite sur le miroir. Cassie a goûté et a dit que c'était du sang. La lumière s'est éteinte à nouveau, tout s'est mis à trembler et à voler, on s'est mis au sol pour se protéger et j'ai vu des yeux rouges me regarder, criai-je, couvrant ainsi le brouhaha incessant qui s'était formé.
 
J'étais effrayée, tremblante, fatiguée...Je n'en pouvais plus de cette tension qui s'était accumulée en moi.
Je voyais à leurs expressions que les adultes avaient du mal à croire à notre histoire.
Ashley s'approcha doucement de moi et posa ses mains sur mes épaules en me regardant dans les yeux.
 
-    Es-tu sûre de ce que tu as vu ? Tu as sûrement eu une hallucination due au choc et à la peur, me dit-elle d'une voix se voulant rassurante.
-    NON ! m'exclamai-je, indignée. Je ne suis pas folle ! Je sais ce que j'ai vu ! Il y avait quelque chose dans la pièce, avec nous !
-    Léana, tu as cru voir quelque chose mais ce n'était pas réel, tentait-elle de m'expliquer.
 
Mais j'étais trop survoltée pour me calmer. Ils osaient ne pas me croire ! Je regardais mes amies mais elles baissèrent les yeux. Ah...Alors, elles aussi, elles ne me croyaient pas ?!
 
Les larmes me montèrent aux yeux et je me dégageais violement de la poigne d'Ashley pour foncer vers la porte. Je sorti en la claquant et me retrouver dans le grand couloir de l'étage. J'entendis des bruits de pas alors je couru vers la droite et arriva devant un escalier. J'entendis un vent souffler vers le haut, alors soulevant les pans de ma robe, je gravis les marches lentement. Je passais devant un étage désert, qui ne me donnait absolument pas envie d'y mettre les pieds, pour arriver devant une petite porte. Ma main se posa dessus et appuya doucement. La porte s'ouvrir dans un craquement sinistre et me laissera entrevoir un ciel gris foncé. J'étais sur le toit de l'hôtel. Voulant respirer de l'air frais pour décompresser, je sortis en hâte sur la terrasse et inspirait profondément en fermant les yeux.
 
VLAM ! Je me retournais dans un grand sursaut pour découvrir que la porte venait de se fermer. Je me hâtais vers celle-ci et actionna la poignée mais rien ne se produisit. Elle semblait coincée ou fermée à clef. Mais qui aurait pu vouloir m'enfermer sur le toit ?! Je tirai sur la poignée mais rien n'y faisait. Et je n'avais pas pris mon téléphone. Alors, j'abandonnai et je m'assis contre le mur, frissonnant à cause du vent froid qui léchait ma peau.
 
J'entendis un grondement sourd raisonner. Je pensais d'abord à mon estomac mais ce n'était pas ça. Je levai donc la tête et vis que le ciel gris se transformer en un ciel noir orageux. Ohlala, ça ne présageait rien de bon. S'il se met à pleuvoir et à avoir de l'orage alors que je suis coincée sur le toit, je ne donne pas cher de mon état à la fin. A peine ai-je eu le temps de penser ça que des gouttes d'eau tombèrent sur ma tête. Je laissais échapper un cri de surprise face à la sensation froide sur ma peau chaude. La pluie devint plus grosse, et laissa place à une pluie torrentielle et à des éclairs. Super ! Je me relevai et cherchai un abri. Mais il n'y en avait pas. Je revins près de la porte et essaya à nouveau de l'ouvrir mais pas moyen. Alors, je me laissai glisser contre celle-ci, trempée et gelée, et je fermai les yeux, laissant Morphée m'accueillir à bras ouvert.
 
Je crois avoir entendu un bruit sourd et lointain. La pluie continuait de tomber et j'avais toujours aussi froid. Je rêve ou on est en train de me porter ? Oh ! Je ne sens plus la pluie tomber sur moi.
J'entendis vaguement des voix qui disent que je suis frigorifiée, qu'il faut me réchauffer, mais pas dans la chambre.
Puis, le sommeil m'enveloppa à nouveau et plus aucun bruit ne parvint à moi.
 
Mes yeux papillonnèrent et s'ouvrirent doucement pour enfin apercevoir un plafond. Je me redressais dans un gémissement et une fois assise, je me retrouvais en face de plusieurs paires d'yeux qui m'observaient.
 
-    Où suis-je ? murmurai-je.
-    Dans ma chambre, me répondis Ashley, qui était postée à côté de la fenêtre.
 
Sarah se leva et s'approcha à grands pas de moi avant de me prendre et de me secouer comme un prunier.
 
-    Mais à quoi tu pensais hein ?! La prochaine fois que tu disparais comme ça pendant des heures, je te tue, c'est compris ?! Ne nous refais jamais ça ! hurla-t-elle dans mes oreilles.
 
Je n'eus pas le temps d'en placer une que Jade s'approcha aussi.
 
-    Ce n'est pas parce qu'on n'a rien dit que nous ne te croyons pas, affirma-t-elle en me regardant. Je pense qu'au vu des événements, tu n'as peut-être pas rêvé.
 
Je fus rassurée que mes amies me croyaient. Et les adultes, bien qu'encore hésitants, me laissèrent le bénéfice du doute. Ils n'avaient pas assez de preuves réelles pour y croire.
 
Cependant, ils ne voulaient pas qu'on retourne tout de suite dans notre suite. Question de sécurité disent-ils.
Alors, comme la soirée pointe le bout de son nez, je pense qu'on va tous aller faire un tour au restaurant.
Les adultes nous laissèrent partir et après qu'on se soit calmées, Emily nous proposa d'aller au restaurant, comme je le pensais.
La joie, la bonne humeur et l'insouciance étant revenues, le repas se passa sans encombre.
 
Lorsque nous remontâmes dans notre suite vers vingt deux heures, une légère tension refit son apparition. Nous étions effrayées à l'idée qu'il puisse nous arriver encore quelque chose au beau milieu de la nuit.
Et comme nous n'arrivions pas à dormir tout de suite, Sarah nous proposa de jouer aux cartes, ce qui fut approuvé d'un accord commun.
Puis, aux alentours de minuit, nous décidâmes d'aller nous coucher, laissant nos téléphones allumés exceptionnellement, au cas où il nous arriverait quelque chose.
 
Je dormais paisiblement quand soudain, un bruit sourd retentit. Ça a eu le don de me réveiller en sursaut. Tout en me frottant les yeux, je jetai un coup d'½il au réveil posé sur la table de nuit, qui indiquait 3h du matin. Puis, je regardai les filles qui dormaient à poing fermé. Me rassurant mentalement, je me levai, et ouvrit doucement la porte. Je sorti dans le couloir, tout en la refermant et me retrouvai dans la pénombre. Tout ça n'avait rien de rassurant. Je regardai autour de moi, dans chaque recoin du petit couloir mais je ne voyais rien de plus que les ténèbres.
Je sorti du couloir et atterri dans la salle à manger. Après avoir regardé partout, je constatai qu'il n'y avait personne.
 
Mais le bruit sourd continuait de retentir...Je pris donc la décision d'aller voir dans le couloir de l'étage, voir si quelqu'un était là et s'amusait à faire peur. J'allai de ce pas dans la cuisine et pris un long couteau que je tins fermement par le manche. Puis, je me mis en marche,  sur la pointe des pieds vers la porte, que j'ouvris délicatement. Je sorti et la referma délicatement...
 
Me voilà donc dans un long couloir sombre et où il fait étrangement plus froid que dans notre chambre. Bon...Léana...Ne panique pas ! C'est juste un petit bruit, qui n'a sans doute aucune importance et tu te fais sûrement des films à cause des évènements précédents et des nombreux films d'horreur que tu as vu. Non, c'est vrai, pas besoin d'angoisser !
 
Tandis que j'avançais lentement dans le couloir sombre, en me répétant des paroles réconfortantes tout en serrant le manche du couteau dans la main, je me stoppai dans ma course, pensant avoir entendu quelque chose. Tout à coup, je sentis un souffle glacial sur ma nuque, comme si quelqu'un respirait derrière moi. Sentant mes poils s'hérisser, je me retournai d'un seul coup pour me retrouver face à...Du vide...Des ténèbres...Je ne sais pas pourquoi mais ça me donne envie de détaler comme un lapin...Ça fait froid dans le dos. Je senti comme un frôlement dans mon dos et je refis volte face pour m'apercevoir qu'il n'y avait encore une fois rien du tout. Puis, au milieu du silence assourdissant, j'entendis comme un chuchotement, comme un écho...Figée au milieu du couloir, je tendis l'oreille et entendit ce qui me sembla être mon prénom et des pleurs. Je pris alors la décision d'avancer, ce que je fis mais à pas lents, pour ne pas être surprise par un quelconque danger. Alors que j'arrivais au niveau du grand escalier principal, je vis quelque chose. Quelque chose de translucide qui semble flotter dans l'air. C'est un...Un...Pas Possible...Dites moi que je cauchemarde !...C'est un...Un fantôme !!!
 
Je restais là, abasourdie et tremblante de peur devant cette silhouette fantomatique, flottant à quelques centimètres du sol. La silhouette en question était à côté de l'escalier, comme accoudée à la rambarde et je pouvais observer son profil. Je pus aisément constater que c'était une femme, vu qu'elle était fine et vêtu d'une longue robe blanche.
J'étais effrayé et en même temps, fascinée. Cette femme semblait regarder les étages du dessous et le rez-de-chaussée. Elle avait l'air triste et je ne pouvais pas m'empêcher de ressentir de la compassion pour elle.
Cependant, même si elle avait l'air triste, je ne pouvais pas oublier ma peur qui grimpait à nouveau en flèche.
Aussi improbable que ça soit, l'envie de retourner aussi vite que possible dans ma chambre me prit à la gorge.
Je me mis à reculer de quelques pas mais heurtait le mur dans un bruit sourd.
Et ce que je craignais qu'il se produise, se produisit...Le fantôme se retourna précipitamment vers moi et écarquilla les yeux. Alors que j'allais me sauver, elle disparu et réapparu devant moi, me stoppant dans mon élan. Je réussi néanmoins à pointer le couteau entre nous, comme pour me rassurer que c'était une bonne protection, bien que je sache qu'un couteau ne pouvait rien faire contre un fantôme.
Figée par la peur de voir ce qu'elle allait me faire, je vis avec étonnement qu'elle ne bougeait pas non plus...On se regarda dans les yeux sans bouger pendant presque deux minutes.
 
-    N'ai pas peur de moi, je t'en prie...Je ne te veux aucun mal. Je veux simplement t'aider, toi et tes amies, me dit-elle d'un ton doux.
 
Désarçonnée par ses paroles, je restais à la fixer quelques secondes avant de réussir à trouver le courage de lui adresser la parole :
 
-    Comment savez-vous que nous avons besoin d'aide ? Et pourquoi devrai-je faire confiance à un fantôme ? Je ne sais même pas qui vous êtes.
-    Je comprends ta méfiance et je ne t'en veux pas. Si tu baisses ton couteau, je pourrai t'expliquer qui je suis et ce que je fais ici. Silteplait.
 
Je me demandais bien pourquoi elle avait peur d'un couteau étant donné que c'est un fantôme...
Comprenant qu'elle n'avait visiblement pas de mauvaises intentions envers moi, je baissais lentement le couteau mais le gardait dans ma main droite. Son regard suivit le mouvement de mon bras et après avoir constaté que j'avais accepté sa requête, elle riva son regard dans le mien.
 
-    Je m'appelle Roseline, j'ai, ou plutôt j'avais 21 ans quand je suis morte, ici, dans cet hôtel. Et pour être plus précise, je suis morte dans la suite que vous occupez, toi et tes amies.
 
Elle marqua une courte pause quand elle me vit me crisper face à cette première révélation. Puis, comme elle vit que j'attendais la suite, elle reprit son discours.
 
-    C'était il y a trente ans. J'étais jeune, belle et fiancée, et c'est dans cet hôtel que j'aurai du me marier. J'avais le fiancé rêvé : beau, gentil, drôle, intelligent, aimant, et j'en passe. Tout se passait bien entre nous et nos familles, comme cadeau de fiançailles, nous ont payé une semaine dans cette suite d'hôtel, en attendant le mariage qui avait lieu une semaine après. Il y avait eu quelques petits événements étranges dans la chambre ou même sur nous mais on n'a pas réalisé tout de suite.
Un matin, j'ai été réveillée par un bruit sourd dans la salle de bain et j'ai voulu aller voir pendant que mon fiancé dormait encore. J'y suis allée et quand je suis arrivée à l'intérieur, j'ai entendu une voix...Une voix de petite fille qui me disait « tu veux jouer avec moi ? ». Mais la façon dont elle le disait était terrifiante. De plus, il n'y avait pas de petite fille. On aurait dit un être invisible. J'étais effrayée et du coup, j'ai répondu non...La voix a à nouveau retentit en disant que j'allais le payer. Quand j'en ai parlé à mon fiancé, à son réveil, on s'est disputé parce qu'il ne me croyait pas. Je suis partie en claquant la porte et quand je suis revenue dans l'après midi, j'ai découvert mon mari assis devant le miroir, égorgé et il y avait une inscription sur le miroir... « Je t'avais prévenu. Maintenant, son âme m'appartient et bientôt, ce sera ton tour ». Pendant les trois jours qui ont suivi, j'ai été victime de choses aussi étranges qu'effrayantes. Je faisais des cauchemars dans lesquels je voyais une sorte de créature...C'était tout sauf humain. Et cette chose m'a dit que j'allais mourir...Le lendemain soir, veille du mariage qui avait été annulé, je faisais mes valises et j'ai senti un souffle glacial ainsi qu'une présence maléfique. J'ai eu le temps d'apercevoir la chose avant qu'elle ne se jette sur moi et puis...J'étais morte.
Depuis ce jour, je suis restée bloquée dans cet hôtel et j'ai vu défiler le temps et les événements sordides comme ceux-ci...Un an après, l'hôtel a décidé de condamner cette suite et bizarrement, elle a été rouverte pour vous. Il vous êtes arrivés des choses étranges et effrayantes n'est-ce pas ? Ce n'est que le début, malheureusement.
 
Si j'avais été effrayée par le fantôme en premier lieu, j'étais horrifiée, terrifiée par son histoire ! C'est tellement horrible et j'ai si peur que l'histoire se répète avec nous.
 
-    Je...Oh mon dieu ! Votre histoire est tellement horrible ! Comment faire pour éviter qu'elle ne se répète avec nous ? Vous avez un moyen d'empêcher cette chose de nous faire du mal ?
-    Malheureusement, je ne connais aucun moyen pour se débarrasser de cette chose.
-    Cette chose n'a pas l'air humaine. J'ai vu des yeux rouges cette après midi.
-  D'après ce que je sais, si cette chose n'a rien d'humain, c'est qu'il s'agit d'un démon. C'est un être surnaturel bienfaisant ou malfaisant, doué de raison, émanant de lieux ou de personnes et supposés pouvant influencer les esprits des humains ou les lieux qu'ils traversent.
-    C'est encore plus inquiétant ! Qu'allons-nous faire ?!
-    Prévenez le maître d'hôtel !
-   Elle a du mal à nous croire. Oh mon dieu ! Mes amies ! Je dois faire sortir mes amies de cette chambre ! Si on part de cette chambre, les démons arrêteront de nous poursuivre non ?
-    Je ne sais pas...Personne n'a encore survécu alors je ne sais pas s'ils resteront dans la suite ou s'ils vont suivront. Vous devez essayer ! Je dois y aller. Je suis désolée de ne pas pouvoir plus vous aider. Au revoir jeune Léana.
 
Sur ces paroles, elle disparu, me laissant seule. Reprenant rapidement mes esprits, je fis volte face et couru comme jamais je n'avais couru auparavant jusqu'à la suite. J'ouvris la porte dans un grand fracas et je découvris dans le noir, deux grands yeux rouges comme le sang !
 
-    Ahhhh !! Allez-vous-en !! Laissez nous tranquille sale démon !! On ne veut pas de vous !! On ne tombera pas entre vos griffes !! Vous n'aurez pas nos âmes !!!, hurlai-je à la créature aux yeux rouges qui me regardait depuis les quelques mètres qui nous sépare.
 
Le démon grogna et disparu comme s'il n'était jamais venu. Mais je savais que je n'avais pas rêvé. Je n'étais pas folle, sûrement pas après avoir écouté l'histoire de Roseline. J'eus le temps de faire pas moins de dix pas que la lumière s'alluma et Sarah apparu dans l'encadrement de la porte de la cuisine. D'ailleurs, elle n'avait pas l'air très contente, et elle me le fit savoir :
 
-    Léana ?! Nan mais t'es malade d'hurler comme ça à...4h du matin ?! T'es folle ?! Qu'est ce qu'il te prend ?!
-    Sarah, il faut qu'on fiche le camp d'ici ! Tout de suite !!
-    Quoi ?! Mais qu'est-ce que tu me chantes ?! T'as pris un coup sur la tête ou quoi ?!
 
Elle fit demi-tour et allait repartir en direction de la chambre mais je lui attrapai le bras pour lui dire la vérité :
 
-    Il y a un démon qui hante cette chambre depuis trente ans !! Et les évènements bizarres qu'on a vécus, c'est lui qui en est à l'origine ! On est en danger de mort tant qu'on restera ici !! Il faut partir immédiatement avant qu'un malheur se produise !!
 
Sarah demeura silencieuse pendant quelques secondes. Elle me regarda comme si j'étais cinglée et ouvrit la bouche pour sûrement démentir mes propos mais n'eut pas le temps de prononcer une syllabe parce qu'au même moment, un hurlement retentit dans toute la suite ! Un hurlement à en glacer le sang parce qu'il provenait de la chambre ! Un hurlement que nous connaissions très bien !
 
Mon couteau m'échappa des mains et tomba au sol dans un bruit sonore, mais je n'y fis pas attention.
Ni une ni deux, nous nous sommes précipitées dans celle-ci et nous découvrîmes un spectacle horriblement glaçant ! Cassie était comme en lévitation au dessus de son lit et des marques de griffures étaient visibles sur ses bras et ses jambes. Emily et Jade la tenait tant bien que mal par les bras pour la retenir et Sarah se précipita vers elles pour les aider.
 
Moi ? Je restai figée...Figée par la peur...Figée par ce que je voyais...La même créature aux yeux rouges que j'avais vu quelques instant plus tôt était là...Dans la chambre...Et c'était cette chose qui tenait Cassie par les chevilles !!
 
J'étais partagée entre l'idée de fuir et l'idée d'aider les filles...Mon choix fut vite fait lorsque je vis qu'elles ne s'en sortaient pas et que ce démon était toujours là et semblait devenir plus puissant au fil des secondes. Je pris les bras de Cassie, comme le faisaient Sarah et Jade et nous la tirâmes vers nous encore plus fort qu'avant. Puis, d'un seul coup, tout s'arrêta...Comme si le temps s'était arrêté. Cassie nous tomba dessus et nous finîmes toutes notre course au sol. Je me relevai aussitôt et scruta la pièce à la recherche du démon. Il avait disparu. Encore.
 
Alors que j'étais en train de faire part aux filles, je fus soudainement projetée en arrière, traversa le couloir et atterris sur le sol de la salle de bain. La porte se ferma dans un claquement sonore et la pièce se mit à trembler pendant que les filles hurlaient et tambourinaient à la porte. Je fus légèrement sonnée pendant quelques secondes, puis reprenant mes esprits, la panique s'insinua en moi comme une trainée de poudre. Je me relevai en quatrième vitesse et je me jetai sur la porte pour ensuite m'acharner sur la pauvre poignée qui n'avait rien demandé. Soudain, un cri passa la barrière de mes lèvre et une douleur aigu me vrilla la main et quand je baissai les yeux vers celle-ci, je vis une brulure...Je m'écartai alors, sous la surprise et me demandai d'où elle pouvait provenir. Soudain, la lumière se mit à clignoter plusieurs fois, avant de s'éteindre complètement, et le même phénomène a du se produire dans toute la suite puisque j'entendis distinctement les filles crier.
 
Il y eut un bruit sourd, puis, plus rien. Il n'y avait plus aucun bruit...Rien que le silence assourdissant, qui ne présageait rien de bon, vu les évènements qui se passaient.
 
Seule ma respiration erratique se faisait entendre dans la pièce.
Et soudain, un courant d'air glacial me frôla...
Il est là.
Je le sais.
Je le sens.
 
Je restai figée, tournant encore et encore mon regard dans chaque recoin de la salle de bain, à la recherche d'une silhouette maléfique et inhumaine, ou des yeux couleur rouge sang...Mais étrangement, je ne voyais rien.
 
Quoi ?! Il osait jouer à la créature invisible ?! Alors qu'il sait que je l'ai déjà vu ?! Mais ça n'a aucun sens ! Qu'il se montre, que je puisse l'affronter avec toute la haine qui brûle en moi ! Je continuais d'observer quand tout à coup, quelque chose me fonça dessus et me fit tomber violement en arrière. Ma tête heurta le carrelage dans un bruit sourd et quand je rouvris les yeux, tout me paru flou, bien qu'il fasse noir. J'entendis vaguement un bruit mais tout me paraissait si loin, résonnant dans mon esprit. Je tata mon front et une substance poisseuse vint se coller à mes doigts. Je glissai mon doigt entre mes lèvres et ma langue eut à peine le temps de le frôler que je le retirai de ma bouche. Pas de doute, c'est du sang...Ce qui veut dire que je suis blessée à la tête. Mais bon sang ! Ne peut-on pas être en paix ?!
 
Lorsque, quelques instant plus tard, j'eus recouvré quelques peu mes esprits, la lumière revint, me forçant à fermer les yeux. Je les rouvris doucement et découvrit un spectacle accablant. La salle de bain était saccagée, des griffures marquaient les murs mais ce fut le miroir qui m'acheva...Une nouvelle écriture le recouvrait, et elle était tout sauf accueillante :
 
« Ton âme est à moi !! Ne cherche pas à t'enfuir ! Si tu veux revoir tes amies, tu devras venir me retrouver à cinq heures au sous-sol. Si tu ne viens pas, je les tuerai ! »
 
Non ! C'est pas possible ! Non ! Je refuse ! Il doit forcément y avoir une solution pour arrêter ce massacre ! Je secouais la tête et me relevai doucement, toujours à la recherche de la moindre présence démoniaque. Mais je ne sentais plus rien. Ce démon avait du partir...Ni une ni deux, je me ruais sur la porte avec force et elle s'ouvrit en une volée, me faisant voltiger par terre. Je me relevai cependant très vite et regarda partout dans la pièce, sans trouver les filles. Je fouillai toutes les pièces de notre suite sans jamais les trouver. Alors, je m'effondrai à genoux dans la cuisine, complètement abattue. Les larmes qui s'accumulaient derrière mes paupières me brouillaient la vue et dévalèrent sur mes joues.
 
Plusieurs minutes passèrent avant que je ne me décide à me lever, en essuyant mes larmes. Ce démon ne touchera pas aux filles avant cinq heures, soit dans moins d'une heure, si je ne viens pas. Je dois donc trouver un moyen de les sauver sans qu'elles ne soient blessées ou pire.
Je repris le couteau et ouvrit la porte dans un grand fracas. Je détalai littéralement, allant le plus vite possible. Je dévalai les escaliers, prenant garde à ne pas tomber. Manquerait plus que j'ai un accident et que je ne puisse pas sauver les filles.
Moins de cinq minutes après, je me retrouvais à tambouriner comme une folle à la porte de la suite d'Ashley.
 
-    Ashley ! Pitié Ashley ! Ouvre ! On est en danger ! Cette chose a enlevé mes amies !! Hurlai-je en continuant de frapper à sa porte.
 
Un homme arriva avec une lampe et m'aveugla avec celle-ci.
 
-    Mademoiselle ? me questionna-t-il surpris. Que faites-vous ici ? Vous n'avez pas le droit de venir ici et de déranger Madame...
-    C'est la meilleure amie de ma mère ! Et je la dérange parce que mes amies sont en danger de mort !! dis-je d'une voix tranchante. Elle ne veut pas ouvrir ! Il y a un problème ! Ouvrez cette porte !
-    B-bien mademoiselle, bégaya-t-il.

Il prit un trousseau de clef qui pendait à sa ceinture et inséra une clef dans la serrure.
La porte s'ouvrit en grinçant et je me précipitais à l'intérieur. L'homme me suivit et alluma la lumière. Et je ne pus retenir le cri qui vint du plus profond de ma gorge. Ashley était allongée dans son lit...Egorgée !
 
Mes jambes me lâchèrent, mes yeux se noyèrent de larmes et ma voix lâchait de temps à autre des « non », « pas ça »...
C'est pas possible ! Non ! Il devait y avoir un autre moyen ! Elle ne méritait pas ça ! J'ai l'impression de suffoquer !
J'ai l'impression d'être sous l'eau...J'entendis vaguement l'homme derrière moi téléphoner à la police mais je n'y fis pas attention. J'étais trop choquée pour faire attention à tout ce qui se passait autour de moi.
 
Je ne sais pas combien de temps je suis restée dans cet état de léthargie mais ce qui me réveilla fut l'alarme du réveil qui affichait désormais quatre heures moins le quart.
Les remparts qui retenaient ma panique s'effondrèrent et elle revint tel un tsunami.
 
J'avais pris ma décision !
 
Je me relevai tellement vite que je fus prise d'un vertige et je m'accrochai à la première personne qui était à ma proximité, c'est-à-dire un policier. Il me demanda si j'avais besoin de prendre l'air mais je ne lui laissai pas le temps de finir sa phrase. Je me dégageais de sa poigne et fonçais hors de la chambre.
J'avais toujours mon couteau comme arme, même si je me doutais que ça ne servirait à rien si je me retrouvais face à un démon.
Je vis un plan de l'hôtel et avec la lumière de mon portable – que j'avais pris aussi – je regardais où se situait le sous-sol. Je mémorisai bien la direction qu'il fallait prendre et pris une autre direction. Avant d'aller à ma confrontation finale, j'ai une dernière chose à faire.
 
Arrivée devant la porte du sous-sol, ma peur remonta dix fois plus grande qu'avant.
Je saisis la poignée de ma main tremblante et l'ouvrit doucement. Avec la lampe de mon téléphone, j'entrevis les escaliers. Je les descendis tout en appelant les filles. Lorsque j'arrivai en bas, j'entendis un rire aigu, comme un rire de petite fille.
Oula, c'est vraiment flippant.
 
-    Tu veux jouer avec moi ? murmura une petite voix fluette à mes oreilles.
-    Hiiiiiiiiii, criai-je en sursautant.
 
Je me retournais mais ne vis personne.
 
-    Ça suffit maintenant ! Je suis là comme tu l'as demandé alors on arrête de jouer !! Montre-toi sale démon !!
 
A peine ai-je prononcé ces paroles qu'une petite fille sorti de l'ombre et se posta devant moi.
Quand je parlais de démon, je m'imaginais une apparence inhumaine, et pas à une petite fille.
 
-    Tu...Tu...Tu es le démon ? C'est toi qui a tué Ashley et qui nous fait du mal à moi et à mes amies ?!
-    Oui, c'est moi, répondit-elle, mais cette fois de manière effrayante.
 
Elle fit un pas en avant et j'en fis un en arrière. Elle le vit et s'arrêta pour sourire sadiquement.
 
-    Vois-tu...Je me repais des âmes humaines et plus vous générez de la peur, plus je deviens puissante. L'âme de cette femme était délicieuse mais les vôtres ont l'air encore plus appétissantes ! m'expliqua-t-elle d'une voix affamée.
-    Relâche mes amies ! ordonnai-je.
-    Pourquoi ferai-je ça ? Elles sont si effrayées et ont l'air si bonnes. Regarde, me fit-t-elle en faisant un mouvement de la main.
 
Elle fit apparaître mes amies ligotées sur des chaises et pointa son doigt griffus vers moi.
 
-    Es-tu prête à passer un marché avec moi jeune humaine ?
 
Jade leva la tête et ses yeux s'emplirent de larmes.
 
-    Pitié Léana, je t'en supplie, ne passe pas de marché avec cette chose ! Sauve-toi !! me scanda-t-elle.
-    Je ne ferai jamais ça Jade ! Je dois vous sauver et je suis prête à tout ! lui répondis-je, l'air désolée.
-    Quel est votre marché ? crachai-je à l'intention du démon petite fille.
-    Sage décision. Je libère tes amies et je te prends à leur place.
-    Quoi ? m'exclamai-je, craignant d'avoir mal entendu.
-    Toi contre elles. C'est simple comme marché non ?
 
Je réfléchissais à toute vitesse, essayant d'ignorer les filles qui me hurlaient de ne pas accepter, de les laisser et de m'enfuir tant que j'en avais encore le temps, et le démon qui souriais sadiquement, laissant son rire se répercuter entre les murs de cette prison.
 
-    Laissez moi vous proposer quelque chose : Si je reste et que je vous laisse avoir mon âme, promettez moi de libérer mes amies et de ne plus jamais leur faire du mal, ni à elles, ni à quiconque ! proposai-je d'un ton sûre.
-    Hum...médita-t-il. Vu l'odeur appétissante de ton âme, j'accepte.
-    Jurez-le !! ordonnai-je.
-    Je jure qu'à compter du moment où je serai en possession de ton âme, que je te toucherai plus jamais à tes amies ni à quiconque, jura-t-il solennellement.
 
Je soufflai, comme pour me donner du courage, tournai la tête et noyai mon regard dans ceux larmoyant de mes amies.
 
-    Ne fais pas ça ! me hurla Sarah.
-    Je veux pas que tu meurs ! renifla Emily.
-    Si tu fais ça, tu le regretteras ! souffla Jade.
-    Ne te sacrifie pas pour nous idiote ! cria Cassie. Si tu meurs, on t'en voudra toutes ! pleura-t-elle.
 
Leurs supplications me firent pleurer. J'avais tellement mal au c½ur de les laisser dans cet état là. Mais je ne peux pas leur révéler mon véritable plan. Je dois aller jusqu'au bout, sans laisser la moindre trace de dissimulation.
 
-    Je suis désolée les filles, pleurai-je. Je suis désolée d'être aussi cruelle avec vous mais sachez que je le fais pour vous ! Parce que je vous aime les filles ! Vous êtes mes meilleures amies et ce, pour la vie ! Alors, si je dois me sacrifier pour vous sauver, je suis prête à le faire !
 
Le tableau devait être ravissant : cinq filles qui pleurent en disant qu'elles sont désolées et un démon qui attend mon âme.
 
D'ailleurs, celui-ci s'impatientait. Il nous arracha à nos adieux en faisant trembler la pièce.
 
-    La séance d'adieux est terminée. Il est temps, Léana, articula-t-il en appuyant bien sur chaque syllabe de mon prénom.
 
Je m'avançai vers lui et m'arrêta à quelques centimètres de son corps de petite fille. Soudain, la pièce trembla et je dus faire pression sur mon corps pour me maintenir debout. Quand je relevai mes yeux vers lui, je vis avec stupéfaction son corps se dissoudre...Pour ensuite, se transformer à nouveau. J'observais alors le corps d'une petite fille d'à peu près dix ans devenir le corps d'un homme d'une trentaine d'années. Des cheveux noirs lui poussèrent sur le crâne, je vis ses oreilles devenir pointues, son regard se résumait à deux fentes – aussi minces que celles des chats – noires et rouges, des dents acérés et une queue lui poussa à son postérieur.
Je fus terrifiée au possible. D'un côté, je me doutais que ce n'était pas sa vraie apparence.
 
-    Es-tu prête, humaine, à me donner ton âme ? me demanda-t-il d'une voix forte et hostile.
-    Oui, murmurai-je d'une voix faible.
-    Je veux t'entendre me le dire clairement ! tonna-t-il.
-    Mon âme est à toi ! rugis-je.
-    Bien !
 
Son rire maléfique emplie la pièce et je sentis une sensation glaciale s'emparer de moi. Quelque chose de vaporeux et de blanchâtre sorti de ma gorge et s'enroula autour des mains griffus du démon. Et au moment même où elle atteignit sa main, mes jambes se dérobèrent sous moi. Mais avant que je ne finisse ma course au sol, le démon m'attrapa par les bras, plantant ses griffes dans ma peau et m'arrachant un cri de douleur.
 
J'entendis une dernière fois mes amies hurler, avant de sombrer définitivement dans les ténèbres.
 
Ce fut une douleur aigu qui me réveilla et lorsque j'ouvris mes yeux, je ne savais plus si j'étais morte ou vivante.
Mais j'eus vite ma réponse. Je me trouvai dans une pièce sombre et je vis, assis dans un fauteuil rouge, devant un feu de cheminée, le salaup qui m'a arraché mon âme !
Il leva ses yeux vers moi et fit un sourire carnassier.
 
-    Oh tu es réveillée ? Je vais pouvoir te faire connaitre le véritable enfer !
 
Je voulu me reculer mais gémis à cause de l'absence de force. Il avança et m'attrapa par mes cheveux, me traîna jusqu'au feu et me balance ma jambe dans le feu. La douleur était insupportable et tellement épouvantable qu'elle me fit perdre à nouveau conscience.
 
Lorsque je me réveillai, j'étais allongée à même le sol et je voyais à quelques mètres le démon – dont je ne connais pas le nom d'ailleurs – qui était en train d'hurler face à une autre personne, que je ne voyais pas à cause du fauteuil.
Je me relevai et fut stupéfaite de voir que la personne qui parlait avec le démon n'était autre que Roseline !
 
-    Roseline ?! Mais que fais-tu ici ? Éloigne-toi de lui ! m'exclamai-je, apeurée.
-    Ne t'inquiète pas, je suis ici pour toi, me répondit-elle.
-    Hein ? lâchai-je indécise.
 
Le démon se retourna vers moi et me sauta dessus, m'agrippa la gorge avec ses griffes et me souleva de terre en grognant. Je lâchai un cri mêlé de douleur et de peur, ne comprenant pas tout de suite pourquoi il réagissait comme ça.
 
-    Un marché est un marché démon ! cria Roseline.
-    Qu'est ce que tu as fait misérable humaine ?! me cracha-il au visage.
 
Je les regardai à tour de rôle et le souvenir de mon plan caché avec Roseline me revint en mémoire.
 
-    Roseline étant morte, pure et innocente, a pu prendre mon âme et la séparer en deux. Quand tu es entré en possession de mon âme, elle ne t'appartenait pas entièrement puisqu'elle n'était pas entière elle-même. Donc, Roseline est venue te réclamer mon âme. Et comme notre accord a été mis en marche au moment même où tu es entré en possession de mon âme, même si elle t'est reprise, il tient toujours ! Tu as perdu sale démon !! lui hurlai-je, excitée de savoir qu'il a perdu.
 
Je le vis écarquiller les yeux, stupéfait de s'être fait berner de la sorte. Il tressaillit mais se fit rappeler à l'ordre par Roseline.
Il n'eut d'autre choix que de libérer mon âme, qui se détacha de lui en cette même forme vaporeuse blanche et qui me percuta de plein fouet. Dès qu'elle rentra dans mon corps, une sensation de chaleur et de sécurité m'envahit alors comme un raz de marée.
 
Roseline me prit dans ses bras et nous disparûmes dans un nuage de fumée blanche, laissant ce misérable hurler toute sa rage sans pouvoir faire quoi que ce soit.
 
Le nuage de fumée blanche se dissipa et laissa place à une rue familière à mes yeux. Je n'en revenais pas ! Roseline m'avait téléporté dans mon quartier, devant ma maison ! Je la regardais, les yeux écarquillés et les larmes dévalant déjà sur mes joues.
 
Elle me dit que tout ira bien pour elle, qu'elle a fait sa bonne action et que je n'ai plus qu'à retrouver ceux que j'aime.
Alors ce fut sur une note touchante qu'on se dit adieu.
 
Je m'avançais de quelques mètres et me retournai pour voir qu'elle avait disparu.
Je piquai un sprinte jusqu'à ma maison et tambourinait à la porte d'entrée.
Au bout de quelques secondes, la porte s'ouvrit sur ma mère en larmes. Elle devait surement être au courant de ma mort. Quand elle releva la tête, elle du s'empêcher de tomber en se rattraper à la poignée.
 
-    Léana ? C'est bien toi ? Mais...Mais...On nous a annoncé ta mort ! bégaya-t-elle, les larmes aux yeux.
-    Oui, maman, c'est bien moi, murmurai-je. Je suis en vie, grâce à une amie. Maman, je suis désolée mais Ashley, elle est...
-    Je sais ma chérie, je sais...Oh mon dieu, oh mon dieu, pleura-t-elle de tout son c½ur.
 
Elle me prit dans ses bras et pleura dans mon coup, son corps tremblant contre le mien. Je lui caressai le dos de ma main droite et céda à l'énorme vague de sentiments qui déferlaient en moi.
Elle me fit entrer au bout de deux minutes à pleurer dans les bras l'une de l'autre et me fit passer derrière elle.
Elle entra dans le salon, rayonnante de joie, les larmes dévalant toujours sur ses joues roses.
 
-    Ecoutez moi tout le monde. J'ai une nouvelle à vous annoncer ! annonça-t-elle.
-    Ce n'est pas le moment d'être heureuse madame, rétorqua Sarah, les yeux larmoyants.
-    Je vous présente la nouvelle venue ! cria ma mère.
 
Elle céda sa place et me dévoila à tout le monde. Pendant au moins une trentaine de secondes, personne ne bougea, ni ne respira. Tout le monde s'était stoppé et ne pipait mot. Puis, mon père se leva et me serra dans ses bras pendant que ma mère expliquait à tout le monde comment j'étais revenue à la vie. Ensuite, je passai dans les bras de chacune de mes amies, qui étaient tellement heureuses qu'elles me sautèrent dessus, m'étouffant presque.
 
La journée chargée en émotions se fini donc par un grand repas chaleureux en l'honneur de mon retour.
C'est presque comme un conte de fée : Et ils vécurent heureux pour toujours.
 
L'Hôtel Hanté
The END

Note de l'auteur : Ce one shot est l'un de mes premiers écrits et c'est aussi le premier que j'ose publier. A l'origine, c'était un devoir de français de seconde qui se résumait à deux pages et l'histoire, quand je l'ai relu il y a un ou deux ans, m'a paru tellement incohérente que j'ai voulu la réécrire, et j'y ai pris plaisir. Et voici donc la version finale. J'espère que cette histoire vous aura plu et sachez que vous pouvez me laisser un commentaire constructif de préférence.

Tags : one shot - Hotêl hanté - amitié - démon